Fédération nationale
des organismes de gestion des établissements
de l'Enseignement Catholique
Accueil Politique sociale Actualités Classifications : coup de pouce aux plus basses rémunérations

Classifications : coup de pouce aux plus basses rémunérations

Classifications : coup de pouce aux plus basses rémunérations 19 juin 2017

Un accord de révision des classifications SEP a été signé le 8 juin : il revalorise les bas salaires et met l'accent sur la formation.

 

Accord sur les classifications SEP : nouvelles dispositions applicables au 1er septembre


Un accord de révision des classifications a été signé le 8 juin dernier par le Synep CFE-CGC, le SPELC, le Snec CFTC, le Snepl CFTC, la FEP CFDT et la Confédération de l’Enseignement Privé Non Lucratif (CEPNL), devenue la seule organisation patronale représentative habilitée à signer un accord sur le champ d’application.

Téléchargez l’accord, le diaporama de présentation ainsi que le communiqué du Collège employeur

Outre ces éléments, le Collège employeur mettra à disposition dans les prochains jours une panoplie d’outils (appli web Social, guide d’application) pour que la mise en œuvre effective de la nouvelle classification au 1er septembre 2017 tienne toutes les promesses de cet accord.

L’accord donne un coup de pouce aux plus basses rémunérations et rappelle la philosophie du dispositif

Fruit de la première négociation menée dans le cadre de la convention collective unifiée qui a vu le jour le 12 avril dernier et suite à la loi El Khomri, l’accord satisfait l’ensemble des acteurs. Il opère un rattrapage pour les catégories de personnels à plus faibles revenus (strate 1) qui représentent 40% des salariés. La revalorisation des bas salaires s’assortit, pour tous, de nouveaux congés pour raison familiale et, en cas de maladie, acquisition des congés payés pendant la maladie et généralisation de la subrogation (paiement de la rémunération sur la même périodicité du salaire).

L’accord met l’accent sur la formation : tout salarié doit bénéficier d’une action de formation tous les 5 ans et d’une « valorisation » à ce titre. Cela doit inciter les employeurs à anticiper des stratégies de formation améliorant les compétences et donc l’employabilité des personnes, y compris en externe. 

 


Suivez toutes les actualités de la Fnogec et de son réseau
   

Retour à la liste des actualités