Fédération nationale
des organismes de gestion des établissements
de l'Enseignement Catholique
Accueil Qui sommes-nous ? L'Enseignement catholique

L'Enseignement catholique

Une association au service public d'éducation

L'enseignement catholique : repères


Les établissements catholiques sont associés à l’État par contrat depuis la loi Debré du 31 Décembre 1959. Dans ce cadre, ils contribuent au service public d’éducation et apportent à celui-ci une participation originale et spécifique.

SPÉCIFICITÉ DE L’ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE

Cette spécificité est reconnue :

  • Par l'Église et, au niveau du diocèse, par l'Évêque qui peut autoriser la création d’un établisement de l’Enseignement catholique ;
  • Par l'État puisque la loi Debré du 31 décembre 1959 a associé, par contrat, les établissements catholiques au Service public d'éducation en leur reconnaissant un caractère propre que doivent respecter les enseignants. 
  • Ce caractère propre s'exprime dans chaque établissement par un « projet éducatif » parce que nous croyons qu'il n'y a pas d'enseignement sans éducation et pas d'éducation sans un sens de l'homme qui, pour nous, s'inspire de l'Évangile.


« Ce qui appartient en propre à l'École Catholique, c'est de créer pour la communauté scolaire, une atmosphère animée d'un esprit évangélique, de liberté et de charité ... D'aider les adolescents à développer leur personnalité en faisant en même temps, croître cette créature nouvelle qu'ils sont devenus par le baptême ... » 
Concile VATICAN II

« Refusant tout endoctrinement, l'École Catholique sait bien que sa mission consiste à servir l'homme et qu'elle n'a pas sa fin en elle-même. Proposant certes aux jeunes chrétiens qu'elle accueille les moyens de grandir dans la Foi, c'est d'abord un chemin de croissance en humanité qu'elle veut ouvrir à tous ses élèves, dans une inlassable recherche de vérité et d'amour. ».
Evêques de France - Mai 1989

 

Un sondage réalisé en mai 2013 a montré que cette liberté de choix entre une école privée et une école publique est en effet approuvée par la quasi-totalité des répondants*. Qu’ils soient ou non attirés par l’enseignement privé catholique, on constate que 90% des sondés trouvent normal que les parents aient le choix entre les deux structures, et parmi eux, 53% sont tout à fait d’accord. Cette liberté de choix en France est, aussi pour 72% d’entre eux, une chance pour le système éducatif.

*Source : Sondage Opinion Way - Les français et l’Enseignement privé – Mai 2013
Enseignement Catholique/La Croix


Le 1er juin 2013, le statut de l’Enseignement catholique a été publié succédant à celui de 1992. Ce texte (358 articles) articule en particulier les deux logiques indissociables qui font la vitalité et le dynamisme de l’Enseignement catholique : une logique verticale et institutionnelle liée à son caractère écclésial d’une part, et une logique horizontale et participative d’autre part, représentée notamment par les Ogec.

Depuis septembre 2013, les fonctions de Secrétaire général de l’Enseignement catholique sont exercées par Pascal Balmand.

 

Mission : réenchanter l’École

« L’important ne consiste pas à faire nombre, mais à faire sens », a rappelé Pascal Balmand aux responsables institutionnels au cours de sa conférence de presse de rentrée 2015. Dans ce contexte, le Secrétaire général de l’Enseignement catholique a ainsi adressé à tous les acteurs de la communauté éducative une invitation à RÉENCHANTER L’ÉCOLE

Porteur d’Espérance, ce projet se concrétise et se met en mouvement pour construire l’école de demain. Explorer. Penser. Partager. Trois principes d’action qui viendront animer les réflexions au fil des prochaines années. L’Enseignement catholique se met en route pour réaliser un travail exploratoire et participatif.


« Éduquer dans l’espérance pour éduquer à l’espérance »
- Pascal Balmand -


Objectif ? 

Sur une échelle de 5 à 6 ans, placer l’École dans une démarche collective de mobilisation et de confiance pour :

  • Réenchanter le “nous” en cherchant à aller plus loin que le seul “vivre ensemble” ;
  • Réenchanter les savoirs en refusant de se résigner à leur perte de sens pour trop d’élèves ;
  • Réenchanter les possibles en redonnant confiance en l’avenir et en notre capacité d’agir sur le réel ;
  • Réenchanter la relation en permettant à chacun de se sentir compris, reconnu et utile ;
  • Réenchanter notre rapport au monde en développant une culture de l’engagement et de la responsabilité.


C’est en travaillant ensemble que nous pourrons ouvrir de nouveaux horizons pour mieux construire la gestion de demain et réenchanter notre réseau !

Pour en savoir + et comprendre pourquoi et pour quoi réenchanter l’école, nous vous invitons à consulter le site de l‘Enseignement catholique.

Retrouvez les chiffres-clés 2015-16 de l'Enseignement catholique

Suivez toutes les actualités de la Fnogec et de son réseau