Fédération nationale
des organismes de gestion des établissements
de l'Enseignement Catholique
Accueil Communication Actualités Retour sur le Salon des Maires 2016

Retour sur le Salon des Maires 2016

Retour sur le Salon des Maires 2016 17 juin 2016

L'Enseignement catholique a suscité un engouement prometteur

 

Enseignement catholique et collectivités locales : une ambition commune au service de l'éducation


Pour la seconde année consécutive, l’Enseignement catholique (Sgec, Fnogec, Apel et associations des chefs d’établissement)* était présent au Salon des Maires et des Collectivités Locales qui s’est tenu du 31 mai au 2 juin 2016 au Parc des expositions de la Porte de Versailles. L'objectif : rencontrer les élus et les différents acteurs de collectivités locales.

Pendant trois jours, le réseau des Ogec a été représenté par la Fnogec, les Udogec et les Urogec (administrateurs et négociateurs de forfaits). Les représentants de l’Enseignement catholique sont venus rappeler que « dans les territoires, l’école catholique est engagée auprès des jeunes et au coeur de la société dans laquelle elle se trouve. Associée au service public de l’éducation, elle est un partenaire majeur des collectivités territoriales ».

des forums enrichissants ont dynamisé le stand de l'enseignement catholique

Trois forums-débats animés par Denis Peiron, journaliste à La Croix, ont animé le stand :

  • Diversité scolaire : une participation à la vitalité des territoires

Intervenant - Madame Françoise Gatel, sénateur-maire de Châteaugiron (35), vice-présidente de l'AMF* et présidente de l'AMF 35.

  • Pluralisme et liberté : la contribution des communes

Intervenant - Philippe Laurent, maire de Sceaux (92) et Secrétaire général de l'AMF.

  • Proposition éducative de l’école catholique : au service du lien social

Intervenant - Yvon Robert, maire de Rouen (76), vice-président de la commission "Politique de la ville et Cohésion sociale" commune à l'AMF, France Urbaine et Ville & banlieue.

ce qu'il faut retenir de ces témoignages

  • L’école fédère son territoire y compris lorsque la seule école du village est une école catholique. C’est un facteur de dynamisme, notamment associatif. Dans une commune, l'école c’est la vie, c’est l’avenir ! L’association des Maires de France se battra toujours contre le transfert obligatoire de la compétence scolaire vers une structure intercommunale.

 

  • L’intercommunalité n’est pas la solution miracle du 21ème siècle. L'AMF soutient la fusion des communes comme outil de mutualisation des moyens, plutôt que le développement des structures intercommunales. Il faut inventer sur les territoires ce qui convient et entretenir un dialogue constructif avec les élus. L’avenir viendra des territoires qui vont devoir travailler ensemble.

 

  • Le point faible de la décentralisation est la répartition de la ressource publique entre l’État et les collectivités territoriales qui sont dépendantes de cette relation financière avec l’État.

 

  • De nombreuses régions accordent beaucoup d’importance à l’éducation y compris en période de restriction budgétaire. Il est parfois difficile pour les collectivités locales d’avoir des dépenses supplémentaires, elles optimisent donc ce qui existe. Pour l’instant, les élus ont pris des mesures en termes d’économie de gestion sans diminuer les services publics.

 

  • Même si l’élu ne partage pas les mêmes sensibilités que celles des représentants de l’Enseignement catholique, il doit respecter les lois (financement, rythmes scolaires, etc.). Les valeurs portées par l’Enseignement catholique tels que l’accueil et la tolérance sont aussi des valeurs de la République.

 

  • Il est important de réaffirmer le caractère obligatoire du forfait communal. Ce n‘est pas une subvention, car en contrepartie de ce financement il y a une prestation : la mission de service public d’éducation assurée par les établissements privés.

 

  • La particularité de l’Enseignement catholique est la grande implication des parents qui reconnaissent la qualité de service et la spécificité de l’école. C’est une force pour l’Enseignement catholique, tout comme son caractère propre qu’il doit cultiver, et son ouverture à tous en accueillant une grande diversité de familles et d’enfants.

 

  • Le découpage national des niveaux d’enseignement (écoles, collèges, lycées) est préjudiciable. Or, grâce à la gestion par une même association (Ogec) et grâce au travail en réseau des établissements scolaires dans un même bassin, l'Enseignement catholique favorise une dimension éducative globale qu'il est plus dificile à réaliser dans l'enseignement public.

 

  • Il n’y a pas de guerre des écoles mais simplement deux systèmes qui existent et qui doivent coopérer. Il ressort de la coexistence de ces deux systèmes, une émulation du système éducatif très positive. L’équilibre entre enseignements public et privé est à préserver.

 

  • L’Enseignement catholique doit contribuer à faire comprendre le monde de l’entreprise aux jeunes et l'esprit des jeunes aux entreprises, notamment leur rapport au travail qui a changé. Il doit guider les jeunes vers la réussite professionnelle, former des techniciens mais aussi des personnes dans la ligne droite de ses valeurs comme le sens de la responsabilité, la persévérance ou encore le respect de l'autorité.



Retrouvez le film « L'école catholique, partenaire de votre territoire » qui a été projeté sur le stand du salon.

_____
*Abréviations :

Sgec, Secrétariat général de l'Enseignement catholique
Fnogec, Fédération nationale des organismes de gestion des établissements de l'Enseignement catholique
Apel, Association des parents d'élèves
AMF, Association des Maires de France

 

Retour à la liste des actualités
Mots-clés associés :